3.01 – L’horlogerie mondiale

Dernière révision : 2022-08-09 @ 05:57

Du cadran solaire à l’horloge atomique

Cadran solaire de la Vallée des Rois, Égypte.
Cadran solaire de la Vallée des Rois, Égypte.
Image du Domaine publique de l’Université de Bâle.
Image d'une horloge atomique au caesium par Zubro, 2005 - CC BY-SA 3.0
Image d’une horloge atomique au caesium par Zubro, 2005, autorisée sous Creative Commons CC BY-SA 3.0

Cette première sous-section sur l’histoire de l’horlogerie présente les jalons de l’horlogerie mondiale du cadran solaire à l’horloge atomique. Il couvre du 16e siècle avant Jésus-Christ jusque vers la fin du 20e siècle.

3.01.1 – Naissance de la mesure du temps

  • 16e s. av. J.-C. – Une clepsydre ou horloge à eau aurait existé à Babylone, et on aurait trouvé des références au clepsydre sur une tombe en Égypte.
  • 4000 av. J.-C. – Certains historiens croient que l’horloge à eau a été créée en Chine. Après, il y en aurait eu en Inde également.
  • 1450 av. J.-C. – Les Égyptiens ont recours au soleil pour estimer l’heure. C’est le début des cadrans solaires.
  • 1350 av. J.-C. – Bien que la clepsydre ait été inventée bien avant, c’est à Karnak en Égypte, qu’on aurait retrouvé en 1904, une horloge à eau égyptienne provenant du règne du roi Amenhotep III.
  • 429 av. J.-C. – Les Grecs eux utilisent l’eau. On voit apparaître les premières clepsydres en Grèce.
  • 330 A.D. J.-C. – La mesure du temps à l’aide de sable aurait existée.
  • 885 – Alfred Le Grand aurait utilisé le feu pour mesurer le temps.

3.01.2 – XIe au XIIIe s.

  • 11e s. – Les horloges des monastères sonnent les heures, mais elles n’ont ni cadran ni aiguilles.
  • 1286 – 1292 – Des horloges de tour sont installées à la vieille Cathédrale St-Paul (1286), au Westminster Palace (1288) et à la Cathédrale Canterbury à Londres en Angleterre.
  • 1292 – Aussi loin que l’on puisse remonter, il appert que Jehan Le Aulogier fut identifié comme le premier horloger parisien.
  • Fin 13e s. – Apparaît une machine à lire le temps composée de poids, de rouages et de régulateurs, mais sans cadran. En 1291, le prince Asulid du Yémen développe le premier astrolabe, «un ancien instrument astronomique d’observation et de calcul analogique. Instrument aux fonctions multiples, il permet notamment de mesurer la hauteur des étoiles dont le Soleil, et par là, de déterminer l’heure de l’observation et la direction de l’astre» (Wikipedia).

3.01.3 – XIVe s.

  • 14e s. en Angleterre –  Plusieurs clochers d’églises anglaises ont des horloges. Et des horlogers commencent à se former. Richard of Wallingford (1292-1336), abbé de l’abbaye de St Albans a dessiné une horloge astronomique de grande taille construite par Roger of Stoke avec un échappement à roues coaxiales.
  • 1335 – Premier échappement (à corde) de Villard.
  • 1350 – Premières horloges mécaniques : il fallait attirer les moines pour la prière dans les monastères aux heures prescrites, de là l’utilité des premières horloges mécaniques qui ne donnaient que les heures. Le cadran était donc divisé en chapitres correspondant à chaque heure.
  • 1364 – Giovanni de’Dondi fabrique l’Astrarium, première horloge astronomique.
  • 1368 – Début de la fabrication d’horloges en Angleterre.
  • 1380 – Premières horloges domestiques en Italie.
  • 1386 – La plus ancienne horloge d’Angleterre à la Cathédrale de Salisbury.

3.01.4 – XVe s.

  • 1410 – Les premiers ressorts apparaissent, ils sont utilisés en conjonction avec la fusée. On peut dès lors penser à des horloges transportables.
  • 1469 – L’Anglais Harcourt, horloger, travaille à l’Abbaye de Westminster et répare des horloges.
  • c. 1492 – Les premières montres mécaniques apparaissent en Italie, en France et en Allemagne.
  • 15e s. – Il existe en Angleterre des horloges d’églises mais sans cadran et quelques-unes dans les monastères, mais souvent importées de l’étranger.

3.01.5 – XVIe s.

  • 16e s. – Premières apparitions d’horloges domestiques en Angleterre. Henri VIII aurait acheté des horloges pour son usage, et on trouve chez Elizabeth I, une horloge murale à poids, précurseur des horloges lanternes. Mais l’horlogerie anglaise dépend beaucoup des Français, des Italiens et des Allemands. Nicholas Cratzer, né en Bavière en 1487, est l’horloger d’Henri VIII. Des Français aussi deviennent horlogers de la couronne pour les reines Mary et Elizabeth I, et construisent l’horloge de Hampton Court. Bartholomew Newsam, un Anglais du Middlesex, a été horloger de la reine avant 1582, et travaille par la suite au Bureau de l’horloger de la Reine dont il prendra la direction en 1590. Mais il meurt en 1593 et laisse en héritage à  John Newsam, horloger de York, quelques outils, les autres allant à son fils à la condition qu’il devienne horloger.
  • 1500 – Peter Henlein, serrurier de Nurnburg en Allemagne, invente le ressort.
  • 1500-1700 – Développement de l’horloge lanterne en Angleterre.
  • 1510 – Introduction des «stackfreeds» : «Mécanisme imaginé avant l’introduction de la fusée pour égaliser la force motrice  du ressort des montres. Ce mécanisme  était composé d’une lame-ressort armée plus ou moins fortement par une came portée par l’arbre de barillet.» (Dictionnaire professionnel de l’horlogerie, FH).
  • 1511 – Petite horloge portable inventée par Peter Henlein.
  • 1517 – Le roi de France François 1er commande une montre placée sur le bout de ses dagues.
  • 1525 – L’Allemand Jacob Zech utilise la fusée dans une horloge. Ce procédé probablement inventé plus tôt, apparaît pour la première fois dans l’horloge dite de Bourgogne  réalisée pour le Duc de Bourgogne, Philippe Le Bon vers 1430.
  • 1530 – Premières applications de platines en laiton pour mouvements d’horloges.
  • 1543 – Copernic (1473-1543) publie le De Revolutionibus orbium caelestium qui place le soleil au centre du système solaire.
  • 1550 – Les vis commencent à être utilisées dans les boîtiers et les mouvements.
  • 1554 – Thomas Bayard, un Français est le premier horloger de Genève, suivi plus tard de Martin Duboule à la fin du 16e s.
  • 1565 – C’est vers cette année-là qu’on a commencé à remplacer les chaînes par des cordes de boyaux pour les horloges fusées.
  • 1581 – Galilée fait des expériences avec un pendule.
  • 1582 – Le Jésuite Matteo Ricci (1522-1610) introduit l’horlogerie à la cour de l’Empereur de Chine à Macao.
  • 1590 Apparition des premières horloges lanternes en Angleterre avec balancier ou foliot.

3.01.6 – XVIIe s.

  • 1600 – La division en quarts d’heure est ajoutée au cadran de l’horloge, et l’aiguille des minutes apparaît.
  • 1601 – Fondation de la Corporation des horlogers à Genève en Suisse.
  • 1610 – Utilisation de l’émail pour les cadrans.
  • 1610 – Introduction du verre protecteur pour les boîtiers de montre.
  • 1620 – L’horloge lanterne commence à devenir populaire en Angleterre.
  • 1630 – Jean Toutin en 1632 à Limoges, France invente la peinture sur émail des boîtiers et cadrans d’horloge.
  • 1631 – On commence à prendre au sérieux le métier d’horloger par la fondation de la « Clockmakers Company » en Angleterre, qui regroupe les horlogers les plus actifs. David Ramsay (?-1653) est le premier Maître de cette compagnie par décret royal, mais il paraît qu’il ne se donnait pas la peine d’assister aux réunions. Ramsay avait un assistant, un Français, Guillaume (alias William) Pettit qui était un artisan du métal qui fabriquait et gravait les boîtiers. Ramsay en tirait, paraît-il, toute la gloire. Et c’était un favori de la cour qu’il savait charmer.
  • 1635 – Paul Viet de Blois, France, invente le cadran en émail.
  • 1640 – L’horloge lanterne connaîtra sa période faste en Angleterre jusque vers 1660.
  • 1655-1658 – L’Anglais Robert Hooke (1635-1703) revendique l’invention du balancier à ressort, mais il la dispute à Christian Huygens (1629-1695), un Hollandais à qui cette invention est généralement attribuée. On attribue aussi à Hooke l’invention de l’échappement à ancre, probablement avec la collaboration de William Clement. Mais, il existe au Musée du Wadham College à Oxford, ce que l’on considère comme étant la première horloge à échappement à ancre, et c’est Joseph Knibb (1640-1711), célèbre horloger anglais, qui l’a construite.
  • 1656 – Le Hollandais Christian Huygens (1629-1695) invente le pendule.
  • 1657 Joseph Knibb invente l’échappement à ancre ou à recul.
  • 1657 – La corde ou la chaîne sans fin est introduite dans les horloges à remonter.
  • 1658 – Les pendules de Ahasuerus Fromenteel font leur apparition en Angleterre. Ahasuerus Fromanteel (1607-1692), un Anglais de seconde génération d’origine flamande, s’installe à Londres en 1629 et se joint à la nouvelle compagnie. En 1658, il fait paraître dans le Mercurius Politicus l’annonce d’un nouveau type d’horloge à pendule qu’il est en train de construire avec son fils John (Ahasuerus II) qui a été formé comme horloger à La Haye par Salomon Coster  (c. 1620–1659). Ce dernier, en 1657, a été le premier à construire une horloge à pendule d’après l’invention de Huygens. John sait donc comment construire une horloge à pendule. D’ailleurs, un contrat est passé entre Coster et John qui permet à ce dernier de construire de telles horloges.
  • 1659 – Fromenteel introduit l’horloge de parquet.
  • 1660 – Londres en Angleterre, devient le centre névralgique de la fabrication d’horloges. Il appert aussi qu’une machine pour tailler les roues d’horloges était en usage à cette époque, invention de Hooke qui écrit aussi un article sur le balancier à ressort pour les montres. Huygens réclamera la paternité de cette invention en 1658 dans un article publié dans la revue Horologium.
  • 1660 – L’Abbé Hauteville invente l’échappement virgule.
  • 1660 – Les horloges à mouvement huit jours et même 30 jours apparaissent.
  • 1665 – Les horloges à capuchon sont dotées d’une base et deviennent horloges de parquet.
  • 1669 – Robert Hooke introduit le long pendule avec un bob très lourd.
  • 1671 – William Clement, horloger anglais introduit l’échappement à ancre avec un long pendule.
  • 1674 – Jeffrey Bailey qui a été admis dans la « Clockmakers Company » en Angleterre, en 1648, en devient le maître. Il fabrique une horloge lanterne dans le style de Holborn, un district de Londres très actif en horlogerie.
  • 1675 – Établissement du Royal Greenwich Observatory commissionné par le roi Charles II d’Angleterre, dont la mission est de préparer des cartes astronomiques précises pour les navigateurs.
  • 1675 – Huygens invente le balancier à ressort spiral pour les montres.
  • 1675 – Fondation de l’Observatoire de Greenwich.
  • 1695 – Les Anglais Thomas Tompion et Edward Booth (dit Barlow) propose un système de montre à répétition à quart.
  • Fin 17e s. – Des horlogers anglais éminents comme Jeremy East, Thomas Tompion (1639-1713), Joseph  Knibb (1640-1711) et famille, et Daniel Quare (1647-1724) construisent plusieurs horloges.

3.01.4 – XVIIIe s.

  • 1704 – Le Français Beaufré réalise la première montre à rubis.
  • 1714 – Le Parlement britannique lance un concours doté d’une bourse de 20 000 livres pour réaliser un moyen de calculer avec une très grande précision la longitude en mer.
  • 1715 – Introduction de l’échappement sans recul dans une horloge domestique (dead-beat escapement) par George Graham (1673-1751). Mais c’est le mathématicien, philosophe et astronome Richard Towneley (1629-1707), qui l’a inventé. C’est Thomas Tompion (1639–1713) qui le premier l’a utilisé et expérimenté en 1676, sur deux horloges à l’Observatoire de Greenwich et une horloge fabriquée pour Sir Jonas Moore, patron dudit observatoire. Graham, l’élève d’abord, puis le partenaire de Tompion, a par la suite perfectionné ledit échappement (1720), si bien qu’on le nomme l’échappement Graham. Tompion est reconnu comme le père de l’horlogerie anglaise, comme l’indique une plaque sur la rue Fleet à Londres où il a vécu, de même que George Graham. Avec l’invention du pendule et de l’échappement à ancre et et de l’échappement sans recul, l’horlogerie anglaise atteint son rythme de croisière et la reconnaissance de l’étranger.
  • 1715 – Ajout d’une queue à l’aiguille des minutes.
  • 1716 – John Harrison (1693-1776) introduit une nouvelle sorte de pendule à compensation appelé Gridiron.
  • 1720 – George Graham développe un appareil à poids qui permet de fractionner la seconde en quarts, et d’atteindre en principe, la précision de 1/16e de seconde.
  • 1722 – George Graham (1673-1751) invente le pendule au mercure.
  • 1721-1722 – Les Anglais perdent peu à peu leur suprématie en horlogerie au profit des Suisses.
  • 1727 – Naissance de Ferdinand Berthoud (1727-1807) en Suisse. Il s’établira en France plus tard et deviendra le plus célèbre fabricant d’horloges marines du XVIIIe s.
  • 1747 – Abraham Louis Breguet (1747-1823) vient au monde, et deviendra plus tard, une fois à Paris, un grand inventeur de l’horlogerie, avec son échappement à ancre à surface d’impulsions partagées et son dispositif de compensation pour les montres.
  • 1748 – Pierre Le Roy (1717-1785), horloger français, invente l’échappement à détente, le pendule à compensation de température et le balancier à ressort isochrone.
  • 1750 – Premières machines de guillochage qui permettent de produire des « ornements composés de lignes, de traits ondés qui s’entrelacent ou se croisent avec symétrie », appelés « guillochis ou guillochés » » (Dictionnaire de l’Académie française, 8e éd.)
  • 1752 – Le calendrier grégorien est adopté en Angleterre.
  • 1757 – Thomas Mudge (1717-1794), grand horloger Anglais invente l’échappement à ancre.
  • 1760 – Premier magasin d’horlogerie suisse à Zurich, le Beyer. On recense à Genève, 600 maîtres horlogers en 1762 sur les 20 000 habitants que compte la ville.
  • 1762 – Voltaire crée une fabrique d’horloges à Ferney en France.
  • 1766 – John Harrison (1693-1776) gagne une part du prix du concours lancé par le Parlement britannique en 1704, avec son chronomètre marin no 4.
  • 1775 – On peint les cadrans en blanc directement sur une pièce de métal dans les horloges bon marché.
  • 1775 – John Roger Arnold (1736-1799) invente le ressort spiral hélicoïdal (Patent No. 1113, Dec. 1775).
  • 1782 – Thomas Earnshaw (1749-1829) et John Roger Arnold (1736-1799), horlogers anglais, sont reconnus pour avoir simplifié le processus de fabrication du chronomètre marin avec un échappement à détente-ressort (Patent No. 1328, May 1782).
  • 1790 – Première montre-bracelet par Jacquet-Droz et Leschot à Genève en Suisse.
  • 1792 – Dans les horloges bon marché, on commence à utiliser des cadrans en papiers collés sur des fonds de métal ou de bois.

3.01.5 – XIXe s.

  • 1802 – Simon Willard (1753-1848), fils d’immigrants anglais de Horsmonden du district de Kent, arrivés aux États-Unis en 1634, produira plus de 4 000 horloges en 40 ans à compter de 1802, les premières faites à la main et les autres progressivement à la machine.
  • 1806 – Des vis à fente droite sont utilisées dans les horloges françaises.
  • 1808 – William Congreve présente sa nouvelle invention, l’horloge Congreve, qui utilise une sphère qui roule le long d’un parcours, à la place d’un pendule (Wikipedia).
  • 1814Sir Francis Ronalds (1788-1873) de Londres invente la première horloge électrique, activée par des piles sèches à haut voltage.
  • 1815Giuseppe Zamboni (1776-1846) perfectionne l’horloge électrique à pile sèche avec une boule oscillante dont la caractéristique était qu’elle pouvait fonctionner avec une pile durant plus de 50 ans.
  • 1822 – Nicolas Mathieu (1781- ??) obtient en 1822, à Paris, un brevet pour un chronographe à secondes qu’il appelait « garde temps compteur de chemin parcouru ».
  • 1840 Alexander Bain (1811-1877), horloger écossais, obtient un brevet en date du 10 octobre pour une horloge mue par un courant électrique standard.
  • 1841 – Bain et John Barwise, spécialisés en chronomètre, obtiennent un brevet le 11 janvier pour une horloge électrique avec pendule électromagnétique.
  • 1843 – Un horloger allemand, Matthäus Hipp (1813-1893), met en marché la première horloge électrique fabriquée en série.
  • 1858 – Sous l’impulsion de Henri Grandjean, naît l’Observatoire de Neûchatel, capable de transmettre l’heure exacte par télégraphe. C’est aussi la première liaison télégraphique par câble entre Terre-Neuve et l’Irlande.
  • 1860 – Le carillon Westminster commence à apparaître dans les horloges domestiques.
  • 1865 – Georges Frederick Roskopf, horloger allemand, invente l’échappement à ancre à chevilles.
  • 1870 – Un ingénieur canadien, originaire d’Écosse, Sandford Fleming (1827-1915), définit les premiers fuseaux horaires.
  • 1872 – Premier brevet pour boîtier de montre résistant à l’eau.
  • 1872 – Premier brevet pour rubis résistant aux chocs.
  • 1875 – Apparition des premières horloges de postiers avec alarme, en Forêt noire, Allemagne.
  • 1875 – Nemitz découvre la substance qui permet aux aiguilles et aux chiffres sur le cadran d’une montre ou d’une horloge, d’être lumineux. Il s’agit du Sulfate de calcium.
  • 1876 – La Suisse reconnaît, lors de l’Exposition universelle de Philadelphie, que les Américains sont capables de produire des horloges de grande qualité avec plus d’efficacité, grâce à la mécanisation. Alexander Graham Bell effectue le premier appel téléphonique à distance à Boston.
  • 1877 – Charles-Auguste Paillard (1840-1895) invente le spiral de palladium.
  • 1880 – Les frères Curie découvrent l’effet piézoélectrique du quartz.
  • 1880 – Arthur Junghans d’Allemagne trouve le moyen de répondre à l’invasion d’horloges américaines en développant un mouvement simple, facile à produire et à réparer, le W10. Il équipera les réveils de Junghans durant 50 ans. Il a été maintes fois copié.
  • 1880 – Premières horloges 400 jours en Allemagne.
  • 1880 – Le Royaume-Uni adopte le standard du Temps Moyen de Greenwich.
  • 1884 – Grâce au Canada et aux États-Unis, et particulièrement à Stanford Fleming, 24 fuseaux horaires sont définis, Greenwich devenant le méridien d’origine.
  • 1892 – Auguste Verneuil (1856-1913) invente en France, le rubis synthétique.
  • 1896 – Les États-Unis obligent les manufacturiers d’horloges qui exportent vers les États-Unis à en indiquer la provenance (Made in…)
  • 1897 – Charles-Édouard Guillaume (1861-1938) invente le balancier intégral. Il avait créé l’année précédente, le Invar, alliage de nickel et de fer à coefficient d’expansion thermale minimal, qui a permis l’amélioration des instruments scientifiques de mesure. Il a aussi créé l’Élinvar, aussi un alliage nickel-fer qui ne subit pas les changements de température, utilisé dans les balanciers mécaniques des montres et chronomètres. Il a reçu le prix Nobel en 1920.

3.01.6 – XXe s.

Le 20e siècle, c’est celui où la montre a connu ses plus grands développements grâce au quartz, à l’électronique et à la miniaturisation, et surtout grâce à la Suisse dont c’est devenu la spécialité.

  • 1900 – Premières montre-bracelets.
  • 1904 – Invention de l’Invar par le Dr. Charles Edouard Guillaume, métal utilisé dans les pendules à compensation et les balanciers à ressort.
  • 1905 – Introduction du contre-plaqué dans la fabrication des boîtiers d’horloge.
  • 1906 – Première apparition de l’horloge Eureka.
  • 1906 – Introduction de l’heure d’été par l’Empire germanique et l’Autriche-Hongrie.
  • 1918 – L’Américain Henry Ellis Warren (1872-1957) invente l’horloge électrique synchrone : au lieu d’un pendule, celle-ci se synchronise avec les oscillations du courant alternatif.
  • 1921 – William Hamilton Shortt (1882-1971), un spécialiste des Chemins de fer anglais, invente une horloge à pendule électromécanique, avec l’horloger Frank Hope-Jones (1867–1950). Elle est fabriquée et mise en marché à Londres par la Synchronome Co. Ltd, et devient l’horloge la plus précise dans les années 1920-1940, c’est-à-dire une précision d’une seconde par année. Celle-ci était constituée de deux parties, une horloge maître fonctionnant sous vide et une horloge réceptrice synchronisée à la première par électro-aimants.
  • 1921 – Dr. Warren. A. Marrison, un Canadien devenu plus tard citoyen Americain débute ses travaux sur une horloge à crystal quartz.
  • 1924 – La BBC débute la diffusion du signal horaire à six coups le 5 février 1924.
  • 1927 – C’est aux U. S. A. que la première horloge parlante au monde est installée.
  • 1929 – Le Coultre invente l’horloge Atmos à mouvement perpétuel.
  • 1931 – La première horloge électrique synchrone, la Synclock, est mise en marché en Grande-Bretagne. Ce type d’horloge sera aussi très populaire aux États-Unis, et deviendra l’horloge de choix dans les années 1930 à 1960, remplaçant les horloges mécaniques dans la plupart des maisons et des entreprises et édifices gouvernementaux.
  • 1933 – L’horloge parlante est mise en service à l’Observatoire de Paris. Elle avait été inventée en 1880. Elle a été dès le premier jour, tellement populaire que les lignes de téléphone mises en place n’ont pas suffi à répondre à toutes les demandes.
  • 1934 – Inauguration de l’horloge parlante à La Haye en Hollande.
  • 1935 – Inauguration de l’horloge parlante en Suisse.
  • 1936 – Une horloge parlante a aussi été mise en place en Angleterre, sous le nom de TIM. Elle a été mise au point par la Poste Royale Britannique : « The Post Office Speaking Clock ».
  • 1937 – L’Observatoire de Greenwich introduit des horloges au quartz.
  • 1946 – L’Observatoire de Greenwich déménage à Herstmonceux dans le Greenwich Park surplombant la Thames River.
  • 1949 – Harold Lyons met au point la première horloge atomique à molécule d’ammoniac.
  • 1955 – Sortie de l’horloge atomique au caesium par le Dr. L. Essen du National Physical Laboratory de Teddington, Angleterre.
  • 1957 – Hamilton watch Co., U. S. A. met en marché les premières montres-bracelets électriques.
  • 1967 – Définition de la seconde = 9 192 631 770 périodes de la radiation.
  • 1967 – Présentation de la première montre au quartz analogique réalisée par le Centre électronique horloger de Neuchâtel.
  • 1967 – Mise en marché de la montre à batterie de longue durée au lithium.
  • 1967 – Première montre à circuit intégré et affichage numérique.

SOURCES : les principales sources pour cette partie sur l’horlogerie mondiale sont : De Carles 1983, Smith 1996 (voir références complètes en Bibliographie), et Wikipedia.

Sous-section suivante : 3.02 – L’horlogerie allemande

Home » 3.00 – Histoire de l’horlogerie » 3.01 – L’horlogerie mondiale
Don`t copy text!