3.05 – L’horlogerie autrichienne

Dernière révision : 2022-08-09 @ 06:01

3.05.1 – Les grands moments de l’horlogerie autrichienne

  • 14e s. – Le premier horloger autrichien a vécu à Olmutz, en Bohème en 1392. À l’époque, quiconque construisait des horloges sans appartenir à la Corporation des horlogers pouvait être emprisonné. Chaque ville ou comté avait sa corporation. À Vienne, un horloger pouvait recevoir l’un ou l’autre des titres suivants : Maître horloger de la commune ou Maître horloger Viennois. La Cour impériale pouvait donner aux horlogers le droit d’ajouter après leur nom l’une des mentions suivantes : Autorisé par la cour de Son Altesse Impériale ou Par Privilège de Son Altesse ou Protégée par une relation privilégiée de la Corporation.
  • 15e s. La première moitié du 15e siècle voit l’apparition de ce qu’on appelle l’horloge du gardien. Le gardien était logé dans de hautes tours, sa tâche principale étant de surveiller les ennemis ou les incendies et de donner l’heure aux habitants de la ville. Pour ce faire, il avait un mouvement squelette en fer entraîné par le poids muni d’une seule aiguille. À chaque heure, ou lorsqu’un événement spécial avait lieu, il faisait sonner un klaxon ou frappait la cloche de la tour. Pour corriger l’imprécision de ces mouvements rudimentaires, les villes avaient des cadrans solaires et des sabliers. Les plus riches avaient des horloges à tourelle montées dans les tours séculières ou d’église, certaines d’entre elles pouvant donner l’heure, mais sans grande précision.
  • Fin du 15e siècle – À Graz, en Styrie, un cadran plus petit contenant les chiffres romains I à IIII a été ajouté à l’intérieur du cercle des heures dans plusieurs tourelles d’horloge capables de donner les heures.
  • Fin du 15e siècle – Les horloges domestiques autrichiennes étaient des horloges de tablette en métal de style gothique.
  • 1550 – Nikolaus Lanz de Innsbruck produit une horloge de table à ressort. Andreas Illmer fait de même en 1659.
  • 1550-1560 – On connaît de cette époque la fameuse horloge en bois dite Bohémienne appartenant à l’Archiduc Ferdinand du Tyrol, exposée au musée de Kunsthistorisches.
  • 18e s. – On produit dans les villes d’Autriche beaucoup d’horloges de tablettes sur le modèle des « Bracket Clocks » anglaises, mais plus décorées.
  • c. 1700-1725 – L’introduction du pendule a comme effet le développement d’horloges dites « Kuhschwanz », c’est-à-dire littéralement à « queue de vache ».
  • 1770 et ss. – L’autrichienne Marie-Antoinette devient l’épouse de Louis XVI, ce qui a une influence sur les horlogers autrichiens qui modèlent leurs créations sur les horloges françaises. Les cadrans sont plus petits et on passe des chiffres romains aux chiffres arabes. De nombreux horlogers immigrants suisses et français ont ouvert des ateliers à Vienne et produit pour une clientèle riche des montres, des horloges de voyage et des horloges astronomiques à la française avec des boîtiers décorés d’or et d’argent.
  • 1873 – Fondation de la Oesterreichische Urhmacher Schule Karlstein. (École autrichienne d’horlogerie de Karstein).
  • 1880 – Avec l’influence des horloges de type « Forêt noire » et de Silésie, les horloges autrichiennes redeviennent plus grosses.
  • Fin 18e s. – Les fameux régulateurs viennois voient le jour à la fin du 18e siècle. Ce sont des horloges de grande précision en raison de leur long pendule et d’un échappement de type à ancre sans recul dit « échappement Graham ». En raison des règles strictes des Corporations d’horlogers de Vienne, le nom de Régulateur Viennois ne pouvait être donné qu’aux horloges produites à l’intérieur des limites de la cité. C’est pourquoi les grands fabricants allemands de régulateurs au 19e siècle, n’ont jamais été autorisés à utiliser dans leur catalogue l’appellation Régulateur viennois, bien que leurs formes aient été inspirées de celles des régulateurs fabriqués à Vienne.
    Aussi, les horloges les plus populaires sont des horloges de cheminée avec le cadran et le mouvement supportés par des piliers qui forment une série de colonnades. L’autre type populaire, ce sont des horloges tableau avec un petit cadran au milieu. Sur le marché des horloges bon marché, les horloges du peuple, on a la Bretteluhr, horloge murale de petite taille avec poids et pendules exposés, et encore plus petite, la Zappler avec un pendule très court.
  • 1945 et ss. – L’horlogerie autrichienne s’éteint après la 2e Guerre mondiale, et les Autrichiens importent leurs horloges d’Allemagne et de France.

3.05.2 – Quelques horlogers autrichiens

AURELIANO

Le père Aureliano enseignait les mathématiques au monastère de la Cour impériale de Vienne. Il a fabriqué (c. 1770) une horloge astronomique très décorée et mécaniquement très complexe qui se trouve au Musée de Bayersisches à Munich, en Allemagne.

BEHAIM, Moritz

Moritz Behaim de Vienna était horloger de la cour impériale au milieu du 16e siècle.

CAJETANO, David

David Rutschmann (1726-1796) était menuisier, fils d’un charpentier de la Forêt-Noire. Il entra dans l’Ordre des Augustins discalcés en 1754 sous le nom de Frère David Cajetano. Il a ensuite étudié les mathématiques, la mécanique et l’astronomie à Vienne. Il a appliqué ses connaissances au développement d’une horloge astronomique avec un calendrier universel capable d’illustrer les mouvements des planètes, la longueur du jour et de la nuit, l’heure du coucher et du lever du soleil. Il a terminé l’horloge destinée à son monastère à Vienne en 1769. Elle est aujourd’hui exposée au Musée de l’Horloge de Vienne.
(Utilisation équitable de l’image du Vienna Clock Museum à des fins éducatives)

ERB, Albert

Albert Erb (1628-1714) horloger très présent à la cour et conseiller municipal de la ville de Vienne, c’était un spécialiste des horloges astronomiques.

HOYER, Johann Adam

Johann Adam Hoyer (?-1838), horloger de Vienne, a mis au point une horloge dont le remontage était mû par l’hydrogène, comme l’avait fait l’Italien Pasquale Andervalt vers 1835.

REINLEIN, Anton

Anton Reinlein était horloger spécialisé dans les horloges musicales dans le premier quart du 19e siècle. Il a obtenu un brevet en 1824 pour l’amélioration de la Physharmonica dans la tradition chinoise. C’était un gros instrument de près de 1 mètre de long par 30 cm de large et 38 cm de profondeur.

ZECH, Jacob

On a attribué à Jacob Zech (?-c. 1540) l’invention du moyeu d’horloge à fusée, mais on sait que Leonardo da Vinci l’avait déjà dessiné avant. Il aurait créé une horloge à fusée vers 1525, mais Peter Henlein en avait fabriqué une en 1510. Il fut aussi responsable de l’entretien de la célèbre horloge astronomique de l’Hôtel de ville de Prague.

3.05.3 – Quelques manufacturiers autrichiens

(FRANZ) BAUMANN

Franz Baumann (milieu du 19e siècle) était horloger de la cour impériale, spécialiste des chronomètres. Il utilisait la technique du tourbillon dans ses montres.

(JULIUS) BELLAK

Julius Bellak, horloger de Vienne, a fabriqué des montres, des mouvements de montre, des cadrans et des boîtiers à compter de 1903 jusqu’à au moins 1925. Au cours de ces années, il a enregistré plusieurs marques de commerce : Angelo, Graziosa, Olgetta, Pallas en 1903, Bellmona, Fischmarke, Rival en 1904. JBW, Genoveve en 1906, Edda, Hurra, Togga, Chiama, Rigorosa, Seneta en 1907, Zenata en 1909. En 1925, il a enregistré de nouveaux graphiques pour ses marques de commerce Grazioza, Olgetta, Czikos, Nachtigall, et Protection.

(MAX) BOHNEL

Au début du 20e siècle, Max Boehnel a fabriqué des montres de poche sous la marque enregistrée en 1906 de Chronomax, de même que des pièces d’horlogerie. Il a en outre fait enregistrer en Autriche en 1905, deux autres marques de commerce, Amalpha et Helios et un graphique pour la marque Schutz-Marke Flügel-Anker (deux ailes avec une ancre au milieu).

(JOHANN) COLLMAN

Johann Collman de Tyrnau a fabriqué des réveil-matin de voyage dans les années 1850.

(JOHANN) DELUCCA

Johann Delucca (1697-1753), horloger viennois, a fabriqué des boîtiers et des horloges de cocher dans la première moitié du 18e siècle.

DWORSKY & PFEIFFER -► ANDRES & DWORSKY

Josef Pfeiffer, un immigrant de Bohème arrive à Münchreith, village situé le long de la rivière Thaya, réunit des employés, leur transmet ses connaissances en horlogerie, et se met à fabriquer à la main des horloges murales faites de bois dont les rouages étaient en bois de poire bouillie dans l’huile de lin. Elles n’avaient qu’une seule aiguille et ne fonctionnaient que pendant 12 heures. Elles n’avaient pas encore de pendule. C’est ainsi que naquit une entreprise de fabrication d’horloges à Karlstein en 1730, dont le nom aurait été Dworsky & Pfeiffer, reconnue comme la plus vieille fabrique d’horloges d’Autriche. Un horloger du nom de Johann Ringl y aurait œuvré en 1754 et Franz Pfeiffer y serait entré en 1762. En 1771, on y aurait fabriqué des horloges avec boîtiers et mouvements en bois. Entre 1830 et 1840, on y aurait produit annuellement 140 000 horloges. En 1854, 80 horlogers y travaillaient et, par après, plus d’une trentaine. En 1877, Michael Andres arrive de la Forêt noire en Allemagne, et introduit à Karlstein la fabrication à petite échelle d’horloges de type « Forêt noire ». En 1903, la sœur de Michael Andres marie Johann Dworsky et fonde avec son frère Max, l’entreprise Andres & Dworsky qui fabrique des horloges à pendule, des régulateurs, des horloges marines et des coucous. En 1950, la fille de Johann Dworsky marie le manufacturier d’horloges Johann Pfeiffer qui fusionne sa compagnie avec Andres & Dworsky. La nouvelle compagnie conserve le même nom mais ajoute sous celui-ci dans ses publicités le nom de la compagnie de 1730 Dworksy & Pfeiffer et la mention La plus vieille compagnie d’Autriche, 1730. La compagnie aurait cessé ses activités horlogères en 1973.

(A. M.) ENGLE -> A. M. ENGLE & CO.

A. M. Engle était grossiste et détaillant de montres au début du 20e siècle. Il a enregistré la marque de commerce Titania en 1905. En 1927, sa compagnie est devenue A. M. Engle & Co. et elle a enregistre la marque Seraph.

ERSTE BOEHMISCHE PENDEL UHREN FABRIK -► LIERSE & GEHORSAM

Erste Boemische Pendel Uhren Fabrik (Première fabrique d’horloges de Bohème) à Reichenberg, Boehmen. Gustav Reiss l’a achetée en 1882. Lierse-Gehorsam a repris la compagnie et fabriqué et vendu des horloges de parquet, murales et de manteau de cheminée de 1905 à 1918.

ERSTE KARLSTEINER UHREN INDUSTRIE

Créée en 1882, Erste Karsteiner Karlstein’s Uhren Industrie (Première fabrique d’horloges de Karlstein) fabriquait en petite quantité des horloges à mouvement en bois. En 1885, elle a produit une pendule tout en métal à titre expérimental.

(PHILIPP) FERTBAUR

Philipp Fertbauer (1763-1820) a fabriqué des horloges lanternes à Vienne.

(JOSEPH) GEIST

Joseph Geist (c. 1770-1824) de Gratz en Styrie, la deuxième plus grande ville d’Autriche après Vienna, fut le premier producteur autrichien d’horloges.

HAUSER & HAMACHER

Hauser & Hammacher était un commerce viennois de vente en gros et détail et d’importation de montres de poche et de pièces de montre, enregistré en Autriche en 1912.

(PHILIPP) HAPPACHER

Philipp Happacher (?-1843) de Vienne a fabriqué une horloge de précision.

(M.) HERZ UND SOHN

M. Herz und Söhn de Vienne a fourni les Chemins de fer autrichiens en horloges, de même que le Ministère de la guerre et d’autres ministères en 1919.

(ISIDOR) KAISER

Isidor Kaiser était un marchand général et un détaillant de montres de poche de Vienne enregistré en 1912.

(OTTO) KEBERLE

Le marchand général d’instruments horologiques, de minuteries, réveil-matin et horloges pour la maison et le bureau Otto Keberle enregistre en Autriche la marque Imperial le 2 septembre 1939.

(PHILIPP) KOHN

Philipp Kohn est un marchand en gros et détail de pièces d’horloges et de montres. Il enregistre plusieurs marques au début du 20e siècle : Fortuna, Vigilant, Renomé, Triumph et Roskopf.

LAMM UND FLEISCHNER

Lamm und Fleischer était un marchand de pièces d’horlogerie, agent et exportateur de montres et réveil-matin au début du 20e siècle.

LIERSE UND GEHORSAM

Voir Erste Boemische Pendel Uhren Fabrik.

(JOSEF) NICOLAUS

Josep Nicolaus (1855-1923) a fabriqué des chronomètres à Vienne.

OESTERREICHISCHE UHRMACHER SCHULE KARLSTEIN

L’Oesterreichische Urhmacher Schule Karlstein (Karlstein School of Clockmaking) a été créée en 1873 à Karlstein, Thaya. Elle a d’abord été logée dans une ancienne écurie. Un fabricant allemand d’horloges en bois de la Forêt Noire, Gerhard Kern, a été nommé pour la gérer. C’était plus un centre de production d’horloges et de pièces en bois vendues aux fabriques de Karlstein qu’un centre de formation. Il ferma deux ans plus tard et se transforma en école technique mais logé dans un bâtiment plus moderne. En 1878, Kurt Dietzschold (1852-1922), ingénieur né à Dresde en Allemagne et ancien propriétaire de Strasser Und Rhode, fabricant de montres et d’horloges de précision de Glashütte, en Allemagne, est nommé directeur. Il a rapidement élevé l’école comme un centre de formation et de production de classe mondiale.

OTTO STEINER-UHRENFABRIK WEIN UND KARLSTEIN

Otto Steiner, horloger Austro-Hongrois s’annonce dans la gazette des horlogers, et se décrit comme le seul fabricant d’horloges à Vienne. De 1877 à 1893, Otto Steiner-Uhrenfabrik Wein & Karlstein est une maison de vente en gros pour des horloges de type américain, à poids ou à ressort, des réveil-matin, etc.

REMEMBER CLOCK FACTORY

La Remember Clock Factory appartenait aux frères Resch lorsque ceux-ci ont déménagé à Ebensee en 1871.  Elle a produit plus de 15 000 horloges par année de marque Remember.

RESCH-GEBRUEDER UHRENFABRIK

Fondée par Lorenz Resch, orfèvre et bijoutier de la cour, en 1862 à Vienne, Resch-Gebrueder Uhrenfabrik emploie 80 personnes. Elle déménage à Ebensee en 1871. À la mort de Lorenz, ses fils prennent en main la compagnie et elle devient la plus importante compagnie horlogère de la Fédération austro-hongroise du Danube. La firme est vendue en 1901 à Junghans A.G., Schramberg, Allemagne qui en change le nom pour Arthur Junghans Ebensee Urhenfabrik. Après la première guerre mondiale, l’usine de Ebensee a été vendue.

(DANIEL) SCHEYER

Daniel Sheyer (1582-1662) is listed as a Vienna clockmaker in the 17th century.

STIEGLITZ AND JABLONER

Stieglitz & Jabloner était grossiste et détaillant de pièces d’horlogerie et de montres vers 1909. A enregistré la marque Klythia en Autriche en 1909.

(JOSEPH THADDÄUS) WINNERL

Joseph Thaddäus Winnerl (1799-1886) was an Austrian watchmaker who worked mostly in Paris as a marine chronometer specialist.

ZAPPLER CLOCK

Le nom Zappler vient du son produit par le mouvement du pendule. Ces petites horloges de meubles étaient faites de matériaux peu coûteux, comme le bois et le métal. Les historiens suggèrent que les étudiants horlogers les ont fabriquées à la main. Il s’agissait d’horloges miniatures avec un mouvement de montre de 30 heures, parfois animées. Certaines d’entre elles pourraient être considérées de nos jours comme des horloges de fantaisie. Elles ont été fabriquées à Vienne et ont été très populaires de 1725 à 1850.

Sources : Kochmann, 2007 et Wikis.

Sous-section suivante : 3.06 – L’horlogerie danoise

Don`t copy text!