4.01 – Site et propriété

Dernière révision : 2022-08-09 @ 06:07

4.01 – Site et propriété

Le site, c’est l’endroit où se trouve une horloge. Il y a deux grandes catégories selon le site : les horloges d’extérieur et les horloges d’intérieur. Aussi, une horloge peut être du domaine public ou du domaine privé. Ainsi, si une horloge est située dans une maison ou un commerce, qu’elle soit à l’intérieur ou à l’extérieur, on dira qu’elle est du domaine privé. Si elle est située à l’intérieur d’un édifice ou dans un espace extérieur, on dira qu’elle est du domaine public dès qu’il s’agit de la propriété d’un état, d’une municipalité ou de n’importe quel organisme financé en tout ou en partie par des deniers publics. Dans ce qui suit, nous allons considérer les horloges extérieures et intérieures, qu’elles soient publiques ou privées.

4.01.1 – Horloges d’extérieur : domaine public ou privé

Les grandes horloges extérieures du domaine public ou privé, sont plutôt difficiles à collectionner, autrement qu’en les photographiant. Vous pouvez les repérer au fil de vos déplacements et les photographier, et ainsi vous constituer un album intéressant d’horloges extérieures.

Voici la liste des principaux types d’horloges d’extérieur :

4.01.2 – Horloges d’intérieur : domaine privé ou public

La plupart des horloges dont je donnerai des exemples dans ce qui suit, sont des horloges que l’on retrouvait à l’intérieur des maisons, on pourra les appeler horloges domestiques du domaine privé. Au cours de leur vie, les horloges d’intérieur ont fait partie des accessoires du mobilier d’une cuisine, d’une salle à manger, d’un couloir, d’un salon, d’une salle familiale ou parloir, d’une salle de jeu, d’une chambre à coucher d’adultes ou d’enfants, d’un bureau personnel, etc. Il est rare qu’un collectionneur connaisse l’exact emplacement d’une horloge dans une maison privée, à moins que celle-ci lui ait été transmise avec cette information. Ainsi, on ne peut que déduire qu’une horloge a fait partie de telle ou telle pièce de la maison, souvent à partir du type d’horloge dont il s’agit. J’ai aussi dans ma collection quelques spécimens d’horloges qui ont pu dans le passé être situées dans un immeuble institutionnel, commercial ou public, j’en ferai mention au passage.

Cinq grands types d’horloges d’intérieur

     De façon générale, il y a cinq grandes catégories d’horloges d’intérieur selon la façon dont elles sont posées dans l’espace. Certaines horloges sont hybrides, en ce sens qu’on peut aussi bien les poser sur un meuble ou une tablette que les accrocher au mur, leur architecture s’y prêtant :

Sous-section suivante : 4.02 – Modes de propulsion

Home » 4.00 – Taxonomie des horloges » 4.01 – Site et propriété

L’horloge astronomique est apparue vers la fin du XIVe s. La plupart étaient des horloges publiques, situées aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur d’édifices publiques tels que des cathédrales, des églises, des hôtels de ville, etc. La plupart de ces horloges ont disparu. La plus célèbre est sans doute l’horloge astronomique de l’hôtel de ville de Prague, construite en 1410, le calendrier ayant été ajouté en 1490. Elle a été rénovée en 1979. Elle donne l’heure, l’heure sidérale, la position du soleil et de la lune, la phase lunaire, le signe du Zodiaque en cours, etc. Pour plus de détails, voir Wikipedia

(Image par Abhijeet Rane autorisée en vertu du Common Creative CC BY 2.0)

Une horloge florale est une horloge extérieure constituée d’un jardin de fleurs que l’on retrouve souvent dans un parc, une place publique ou un jardin. La première à être installée dans le monde est celle du Princess Street Gardens d’Edinburgh en 1903. Elle a un diamètre de 12 pieds (4,8 m.). On la doit à la compagnie James Ritchie & Son d’Edinburgh, fondée en 1809, qui existe toujours.  Celle qui est illustrée possède un mécanisme de la James Richie & Son donné par la ville d’Edinburgh à la ville de Kiev où elle est située. Ce serait la plus grande horloge de jardin d’Europe.

( Image de Anosmia autorisée en vertu du Common Creative CC BY 2.0 )

L’horloge de rue, comme son nom l’indique, se trouve dans l’espace publique sur une rue, bien en vue, installée sur un poteau de lampadaire ou fixée au mur d’un édifice, public ou commercial, comme cette horloge d’un chocolatier de Winter Park en Floride, où l’on peut voir l’heure de tous les côtés.

( Image : Tous droits réservés, Bordloub )

 

On appelle « Tourelle », une horloge dont le mouvement est très gros, généralement fait de fer, et qui comporte un dispositif d’exposition, aiguilles et/ou cloche, qui permet au plus grand nombre de voir et/ou d’entendre l’heure. Ce sont généralement des horloges dites publiques des clochers d’église, des tours ou de grands  édifices gouvernementaux, etc. On appelle aussi ces horloges des horloges de tour. On trouvera dans Wikipedia un très bon compte-rendu de l’histoire de ces horloges, et un tableau à travers les siècles des tourelles historiques. Malheureusement, il n’y a pas de version française aussi complète de cet article. Ici un mouvement de Tourelle qui serait la plus vieille horloge fonctionnelle au monde, celle de la Cathédrale de Salisbury en Angleterre.

( Image de edtenny autorisée en vertu du Common Creative Marque du Domaine Public 1.0 )

Les tours d’horloge ont été très populaires au 18e siècle jusqu’à la première moitié du 19e s. La tour de Londres fait partie des plus célèbres. Mais celle du Parlement Canadien à Ottawa ne donne pas sa place. Cette tour a été nommée « Tour de la paix ». Voir pour plus de détails, cliquez sur Wikipedia. Pour plus de détails sur les tours d’horloge en général, cliquez sur Wikipedia.

( Images : Tous droits réservés, Bordloub )

 

La boule horaire est une autre façon de donner l’heure à distance comme celle-ci sur le toit de l’Observatoire Royale de Greenwich. « Une boule horaire est une boule de grande taille pouvant glisser le long d’un mât vertical, qu’on laisse tomber à des moments prédéterminés afin d’indiquer l’heure de manière publique. Les boules horaires sont donc placées suffisamment en hauteur pour être visibles de loin : généralement au sommet d’une tour, ou parfois d’un phare. Elles sont généralement faites de bois peint ou de métal. Les mâts portant les boules horaires sont souvent surmontés d’une girouette, et d’une croix directionnelle indiquant les quatre points cardinaux. »  (Wikipedia)

( Image de string_bass_dave autorisée en vertu du Common Creative CC BY-SA 2.0)

L’horloge solaire est un mode ancien de lecture du temps, mais on en trouve encore de nos jours dans les jardins. Voici un bel exemple d’un vase solaire sur le terrain du Musée canadien de l’horloge. Le gnomon au centre du vase projette une ombre sur la partie graduée du vase, donnant ainsi l’heure. Gnomon vient du grec ancien et désigne un outil astronomique servant à projeter une ombre qui permet de suivre les déplacements du soleil.

( Image : Tous droits réservés, Bordloub )

On appellera « Horloges de mobilier » des horloges destinées à être posées sur un mobilier quelconque comme une crédence, une commode, un buffet, une bibliothèque, un bureau de travail, un manteau de cheminée, etc.  Il s’agit d’une catégorie générale qui comprend des sous-catégories selon le type de meuble sur lequel l’horloge est posée : cheminée, table, crédence, etc. Notez que l’horloge de boudoir nommée à partir d’une pièce d’un chateau ou d’une maison bourgeoise, est aussi une horloge de mobilier car généralement elle est posée sur une petite table ou une crédence dans la pièce.

 

L’horloge de bureau se pose, comme son nom l’indique, sur un bureau de travail, que ce soit à la maison ou dans un lieu de travail. Généralement, c’est une horloge qui ne donne que le temps, comme cette Lux des années 1920, fini laiton antique, avec mouvement 30 heures.

(Image ID111 : Tous droits réservés, Bordloub)

 

 

 

 

 

 

On désignera Horloge de chevet, une horloge  de taille petite ou moyenne, le plus souvent avec un mécanisme de réveil, que l’on place sur une table de chevet dans une chambre à coucher. En voici deux exemples : à gauche, une Westclox Big Ben des années 1930 de style Art-déco, et à droite, une Westclox Baby Ben De luxe Style 1 produite entre les années 1912 et 1930.

(Images ID019 et ID105 : Tous droits réservés, Bordloub)

Le boudoir au 19e siècle, était une petite pièce attenante à la chambre à coucher d’une femme, où elle pouvait se retirer. Il y avait aussi des boudoirs pour homme. Ainsi, des horloges sont apparues dans les boudoirs aux alentours des années 1860, tant en Angleterre qu’en France. Une horloge boudoir est en réalité une horloge de chevet ou de bureau que l’on plaçait bien en vue sur un meuble du boudoir.  Parfois l’horloge de boudoir avait une alarme, mais ce n’est pas une caractéristique de celle-ci. En voici un exemple de ma collection  une petite horloge Waterbury en régule dorée de la fin du 19e siècle. Notez la trotteuse pour les secondes.

( Image ID123 : Tous droits réservés, Bordloub )

L’appellation horloge de cheminée, «Mantle Clock», nous vient des États-Unis. En effet, la mode au 19e siècle et au début du 20e était de placer des horloges sur le manteau d’une cheminée, ce qui pouvait être perçu comme un symbole d’aisance financière. Ici une Gilbert du début du 20e siècle au fini Adamantine™ avec des décorations aux couleurs dorées. Si vous voyez une horloge dont le vernis (en réalité, c’était surtout du shellac) est fortement craqué et noirci, c’est qu’elle a été chauffée par la proximité du feu d’une cheminée voire d’un poêle à bois.

( Image ID211 : Tous droits réservés, Bordloub )

Les Anglais ont probablement été les premiers à placer une horloge sur une tablette accrochée au mur. C’est pourquoi, ils l’ont appelée « Bracket Clock« . Représentée, une bracket de Robert Higgs des années 1735 de la collection du Geffrye Museum de Londres, Angleterre. Je propose de conserver en français « Horloge Bracket« , car toute autre appellation pourrait porter à confusion. Les Bracket sont devenues des horloges de mobilier. Elles ne sont plus accrochées au mur sur une tablette, mais elles ont ont une forme caractéristique assez facile à reconnaître, comme celle de droite, une bracket anglaise, F. W. Elliott Croydon des années 1970 avec une poignée sur le dessus pour pouvoir la déplacer facilement.

( Image de gauche bortescristian authorized under Common Creative CC BY-NC-SA 2.0 ; Image de droite ID049, Tous droits réservés, Bordloub )

L’horloge de tablette, comme son nom l’indique, est une horloge que l’on pose sur une tablette généralement accrochée au mur. Dans cette catégorie, on peut faire entrer les horloges anglaises d’origine, dites « Bracket« . Celles-ci ont fini par être posées sur un meuble. De même, les horloges américaines de cuisine en chêne pressé étaient à l’origine installées sur une tablette, accrochée au mur. La plupart sont devenues des horloges de mobilier faute d’avoir perdu leurs tablettes. Enfin, les horloges suisses Neuchâteloises, généralement vendues avec une tablette à accrocher au mur, deviennent sans celle-ci, des horloges de mobilier. On peut donc dire de toutes ces horloges qu’elles sont hybrides. On peut les placer sur une tablette posée au mur, ou en l’absence de celle-ci, les poser sur un meuble.

N’importe quelle horloge qui s’accroche au mur sans le recours à une tablette est une horloge murale. La longueur, la forme du boîtier ou la taille importent peu. Elles peuvent être actionnées par des poids ou des ressorts. À gauche, une horloge dite d’école Arthur Pequegnat, modèle Preston de 1925, et à droite, une horloge à poids style art-déco des années 1970, fabriquée en Allemagne pour la compagnie canadienne Forestville.

( Images ID156 et ID036 : Tous droits réservés, Bordloub )

 

 

On appelle horloge de parquet, une horloge de grande, moyenne ou petite taille, faite pour être posée sur un plancher. Ce type d’horloge a été initié par un horloger anglais, William Clement, en 1670. C’était à l’origine une horloge à poids, où ceux-ci et le pendule étaient placés dans un boîtier haut (1,8 à 2,4 m.) et plutôt étroit, posée sur le plancher d’une pièce. Par la suite, les boîtiers se sont élargis et sont devenus presque monumental. Certains les ont appelées Horloges de Hall. En Angleterre, on appelait les horloges de parquet Tall-case Floor Clock ou Long-case Clock. Aux États-Unis, on les a nommées Grandfather ou Grandmother, et même Granddaughter, selon que la taille de l’horloge était haute, moyenne ou petite. En France, ce sont les Comtoises qui sont sur le parquet, en Suède, les Mora, au Danemark, les Bornholm et en Hollande, les Staartklok. Notez que la plupart des horloges de parquet étaient à l’origine des horloges à poids, mais plusieurs ont reçu des mouvements à ressorts.

 

L’horloge de hall est généralement une horloge de parquet de grande taille et de bonne largeur. En voici un exemple de la compagnie canadienne The Arthur Pequegnat Clock Co., qui  fait partie de sa série Hall Clocks. Ce modèle Vernon fabriquée en 1913 à Berlin, Ontario, aujourd’hui Kitchener, est fait de chêne solide. Les deux vitres de la porte sont incrustées dans leur pourtour. Les aiguilles et les chiffres sont en laiton solide. Les maillons des chaînes à remonter sont en forme de crémaillère. Le mouvement est à deux ressorts, et elle sonne les demi-heures et les heures sur un gong en spiral. Cette horloge faisait partie de l’ameublement du presbytère de l’église St-Patrice de Rivière-du-Loup, ville située 200 km au nord-est de la ville de Québec, dans le Bas du Fleuve St-Laurent.

( Image ID166 : Tous droits réservés, Bordloub )

Une horloge de parquet longue a généralement plus de deux mètres de haut. On l’appelle aussi, en Amérique surtout, Horloge Grand-père. Ce terme ne doit s’appliquer qu’aux horloges de parquet de haute taille. La petite histoire veut que l’appellation Grand-père provienne d’une chanson composée par un Américain, Henry Clay Work, intitulée My Grandfather’s Clock (1876). Celle-ci est inspirée par l’histoire d’une horloge de parquet du George Hotel à Piercebridge en Angleterre, où Work avait séjourné. Lorsque son premier propriétaire est mort, l’horloge a cessé de tenir le temps correctement. Lorsque le deuxième est mort, elle a cessé de fonctionner. 

Illustrée, une Howard Miller probablement des années 1990, à  sonnerie Westminster et phases lunaires. Notez le balancier de type gridiron en forme de lyre. L’horloge est remontée en tirant sur les trois chaînes auxquelles les poids sont attachés.

( Image ID062 : Tous droits réservés, Bordloub )

Voici une horloge de parquet de moins de deux mètres, ce qui en fait une horloge de parquet de taille moyenne, appelée aussi horloge Grand-mère. L’appellation Horloge Grand-mère est en référence avec la Grand-père, dans la mesure sans doute, où les femmes du 19e siècle étaient en général plus petites que les hommes. Mais, on devrait plutôt dire «horloge de parquet de taille moyenne». Illustrée, une horloge chinoise de parquet de moins de deux mètres, d’un ami horloger amateur. Le remontage des poids se fait avec une manivelle insérée dans les deux trous du cadran. Cette horloge ne sonne que les demi-heures et les heures.

( Image CP : Tous droits réservés, Bordloub )

 

 

Voici une horloge Sessions des années 1910 d’environ un mètre de hauteur qui épouse le style des horloges grand-père ou grand-mère en plus petit. Certains les appellent Horloges petite-filles (Grand-daughter clock). Son mouvement à ressorts à sonnerie Bim-Bam, est le même que celui qu’on peut retrouver dans des horloges de cheminée ou de tablette. Le boîtier est fabriqué avec du bois mou, ici du pin. Il y a une porte sur le devant qui ne sert à rien puisque l’intérieur du boîtier est creux.

( Image ID159 : Tous droits réservés, Bordloub )

On appellera « Horloge portable ou horloge de voyage » des petites horloges que l’on apporte avec soi en voyage. Les premières horloges de voyage ont été transportées par des officiers de l’Armée française, et par la suite les cochers, pour leur permette de conduire leurs voyageurs à l’heure dite. Voici trois exemples : une pendule d’officier français (à gauche) avec boîte à musique de la Première Guerre mondiale, une copie d’horloge de carrosse fabriquée en France pour Birks (à droite), et mon Westclox (au milieu) de voyage du milieu des années 1960, le «Magic  Touch», car il suffisait de toucher le dessus du boîtier pour arrêter la sonnerie du réveil.

( Images ID179, ID032, ID047 : Tous droits réservés, Bordloub )

Don`t copy text!